jeudi 19 août 2010

Trucs et astuces du travailleur

Dans mon article précédent, j'ai distingué les "activités" (Il n'y a pas le choix, il faut le faire) du "travail" (sous notre libre arbitre et donc si facile à ne pas faire). Y a t'il des recettes miracles pour nous aider à faire le travail ? Malheureusement non mais quelques trucs peuvent vous aider

1. Voulez vous vraiment le faire ? Vous décidez vous même du travail que vous désirez faire : vous désirez le faire parce que c'est important pour votre développement personnel, pour votre famille, pour votre carrière,...il peut y avoir beaucoup de raisons différentes pour décider de faire un "travail". Pour que ce travail ait une chance d'aboutir, soyez clair sur les raisons qui vous poussent à vouloir le faire. Assez des bonnes résolutions de nouvel an qui seront oubliées aussi vite qu'elles ont été dites (Il faut bien faire comme tout le monde!)

2. Donnez de la visibilité à votre travail. Comme je l'ai dit, les "activités" seront faites car quelqu'un ou quelque chose veillera à ce que ce soit fait et se chargera de vous relancer si cela n'est pas fait. Donnez de la visibilité au travail que vous voulez faire afin que il ne soit oublié ni par vous ni par les autres. Planifiez dans votre agenda le temps que vous souhaitez consacrer à chaque travail particulier : vous ne risquerez pas ainsi de l'oublier et vous aurez mauvaise conscience si vous ne le faites pas. Parlez autour de vous de ce travail que vous souhaitez faire. Votre entourage vous demandera alors sans doute comment avance le travail ..et vous ne voulez pas indéfiniment les décevoir? Si vous n'avez pas mauvaise conscience ou si cela vous est égal de dire à votre entourage que le travail n'a pas avancé, c'est sans doute que vous n'aviez pas de bonnes raisons de vouloir faire ce travail et il faut sérieusement envisager d'abandonner l'idée de le faire (Rappelez vous, c'est vous seul qui décidez de faire un "travail"

3. Combinez si possible le travail avec une activité plaisante. Les activités seront faites , c'est dans leur nature! Pourquoi ne pas essayer de planifier un travail avec une activité ? Quand je travaillais, j'ai par exemple toujours trouvé très utile de donner rendez vous à mes collègues devant la machine à café (Une activité ? En tout cas c'est facile et agréable!) pour discuter et m'intéresser à leur travail, ce qui est un "travail" mais aussi une excellente source et opportunité de sérendipité (voir notre article du 26 Juillet 2010). Tout le travail que vous décidez de faire peut ne pas "combinable" avec une activité (écrire une rapport par exemple) mais quand c'est possible, cela aide tellement à "se prendre par la main" pour se mettre au travail.

4. Travaillez quand c'est le plus facile. Chacun de nous a des plages de temps et des circonstances favorables quand tout est plus facile, quand notre cerveau marche à plein, quand notre efficacité est à son top. Planifions notre travail pendant ces périodes et réservons celles moins favorables pour réaliser nos "activités". Personnellement, je suis du matin, et quand je veux faire un travail (écrire un article pour le blog, par exemple) je le fais le matin : mon cerveau marche à plein, je ne suis pas fatigué et je n'ai pas encore "plongé" dans des activités qu'il me serait difficile d'interrompre.

5. Il y a sans doute beaucoup d'autres trucs pour nous aider à faire notre travail (Travailler en groupe, se "récompenser, etc.) Si vous -fidèle lecteur de ce blog(?)- avez vos trucs, je serais ravi de les apprendre et de les faire partager à notre communauté grandissante. Je sais, je suis peut être optimiste sur l'audience et l'impact de ce blog mais je pense que l'optimisme est aussi un truc pour faciliter l'accomplissement de notre travail.

Allez, ciao bonsoir...vous pouvez maintenant arrêter la lecture de ce blog et aller réaliser le "travail" qui est en attente depuis longtemps.

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas mais c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles (Sénèque, je pense, a été le premier à exprimer cette pensée il y a 2000 ans)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire