jeudi 11 novembre 2010

Complexe, compliqué ou tout simplement confus?

Vous avez compris ce que qui est indiqué sur le panneau?
Un lecteur m'a signalé que pour lui les notions de complexe et compliqué, étaient interverties. Pour lui un avion est complexe alors que un plat de spaghettis est compliqué et il me fournit les références qui justifient cette distinction. Vérifiant sur Internet, le réceptacle de toute connaissance, je m'aperçois qu'en effet qu'il règne une grande diversité d'opinion sur le sujet. Certaines sources disent que complexe et compliqué sont synonymes, alors que d'autres font une distinction entre complexe et compliqué mais pas toujours dans le même sens en fonction de la discipline ou domaine où ces mots sont utilisés.

En bref, c'est la pagaille. Et j'aurais du savoir que cela allait arriver! Murphy a encore frappé! "Si un mot peut être interprété de diverses manières, il le sera" et "cela se passera quand il sera le mot le plus important d'un article"

Quels enseignements en tirer ?

  • Avant de publier cet article j'aurais du mieux évaluer les risques liés à des interprétations différentes des mots"compliqué" et "complexe". J'ai fait une recherche approfondie sur Internet mais en rétrospective je m'aperçois que inconsciemment je me suis focalisé sur les articles qui allaient dans mon sens et j'ai ignoré ceux qui donnaient une interprétation différente!
  • C'est d'ailleurs une règle générale: les mots n'ont pas toujours la même signification et ne sont pas toujours compris de la même façon par chacun. C'est pour cette raison que les spécialistes de la communication vont jusqu'à dire que pour être sûr d'être compris il faut répéter jusqu'à 7 fois un concept sous 7 formulations différentes en utilisant divers modes de communication (Langage, dessins, videos,...)
  • Ne voir que ce qui va dans notre sens et ignorer ce qui va à l'encontre de ce à quoi on croit ou veut croire, est un comportement très humain. C'est par exemple ce qui explique entre autre le succès de l'astrologie (Voir par exemple le livre de Georges Charpak Devenez sorcier, devenez savant).
  • Il ne faut pas hésiter à préciser à plusieurs reprises les définitions et le contexte qui sont utilisés dans chaque cas spécifique. Cela peut éviter des mauvaises interprétation pour quelqu'un qui ne fait que survoler l'article, qui le démarre au milieu ou qui tout simplement donne une autre compréhension aux mots utilisés. Mais bien sûr, pour savoir sur quoi insister, il faut au préalable avoir identifié quand il y avait un risque élevé d'être mal compris!
Cela me rappelle une règle que j'essayais d'appliquer quand j'écrivais des notes professionnelles. Avant de les diffuser j'essayais de les faire lire par 4 à 5 personnes les plus dissemblables possibles (divers niveaux hiérarchiques, diverses formations, scientifiques/littéraires, homme/femme, jeune/agé,etc...). et j'adaptais le texte en fonction des commentaires. Je ne changeais pas le fond sur le message que je voulais faire passer mais j'adaptais la forme et modifiait éventuellement les mots utilisés pour lever le plus possible d'ambiguïtés et augmenter la probabilité d'être compris. (et bien sûr, vous avez noté que d'après la loi de Murphy, je devais sans doute oublier dans ce panel de lecteurs pilotes la personne qui aurait été la plus utile!  et je dois dire que cela arrivait! mais globalement faire appel à un panel de lecteurs avant publication me semble être une pratique efficace)

Dans le prochain article, je reviendrais aux moutons de maitre Pathelin (à ne pas confondre avec les moutons de Panurge) et nous continuerons à deviser allégrement du complexe et du compliqué.

C'est tout pour aujourd'hui. Vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et retourner à vos tâches simples, Ciao, bonsoir.


  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire