jeudi 3 février 2011

Efficace et efficient pour apprendre (3/3)

Apprendre en faisant!
Peut-on tout apprendre par "essai et erreur"? Comment faire pour que l'expérience acquise par quelqu'un soit connue et utilisée par quelqu'un d'autre? Ce billet n'a pas la prétention d'apporter des réponses toutes faites sur ces sujets d'une grande complexité car dépendant beaucoup de la psychologie de l'être humain.  L'objet est surtout d'attirer l'attention sur quelques difficultés que j'ai pu constater sur l'apprentissage et la formation en milieu professionnel.

J'ai constaté que pour apprendre et se former les personnes se divisent en au moins deux catégories.
  • Ceux qui, si ils en ont la liberté, veulent faire le plus par eux mêmes, qui ne lisent pas vraiment les instructions, qui essaient par eux même quitte à se tromper et à recommencer, qui préfèrent demander à leur entourage immédiat plutôt que de consulter les documentation ou de faire appel aux spécialistes. Je classerai cette catégorie dans ce qu'on peut appeler "Quand tout le reste a échoué, lire le mode d'emploi".
  • La deuxième catégorie sont ceux qui lisent les modes d'emploi avant d'essayer de faire et qui seulement ensuite commencent à utiliser.
Dans mon expérience du domaine de l'énergie et de la pétrochimie, qui peut ne pas être représentative de l'ensemble des entreprises, la première catégorie est prédominante.

A ces deux catégories qui correspondent à des modes différents d'apprentissage, viennent se superposer deux traits comportementaux qui influencent l'inclination à se former et la facilité ou difficulté de l'apprentissage et de la formation
  • La curiosité: quelqu'un de curieux voudra toujours savoir plus et cherchera l'information ou les moyens de progresser dans ce qu'il fait. A l'inverse une personne peu curieuse ne cherchera pas ou peu à savoir comment faire plus ou mieux et se satisfera des connaissances de base qui lui permettent de réaliser ses activités et ne cherchera pas d'elle même à progresser (Cf. Billet sur la curiosité et Billet sur sérendipité)
  • L'ouverture aux autres et à leurs idées: dans l'entreprise où j'ai passé la plus grande partie de ma carrière, nous essayions de promouvoir les "bonnes pratiques". Quand quelqu'un quelque part avait trouvé quelque chose qui améliorait la sécurité, la qualité, les coûts, la fiabilité,etc. il pouvait l'identifier comme "bonne pratique". L'objectif était que cette "bonne pratique" puisse être communiquée à d'autres personnes et en d'autres lieux afin que cette bonne idée puisse être mise en pratique partout. L'idée en elle même est très intéressante: pourquoi en effet laisser chacun tout découvrir dans son coin quand on peut essayer de généraliser tout ce qui fonctionne bien ailleurs?. Dans mon expérience, le succès de ce système de bonnes pratiques a toujours été marginal. On pouvait assez facilement comprendre le résultat, par exemple 3% d'amélioration des coûts, mais comprendre comment ce résultat avait été obtenu exigeait beaucoup plus d'efforts, efforts que la plupart des personnes n'étaient pas prêtes à consentir pour une idée qui ne venaient pas d'eux (Syndrome du "Not invented here"). Il aurait fallu voyager, aller sur place, discuter avec les personnes qui l'avaient mis en place, comprendre les pièges à éviter lors de la mise en place. Peu de personnes étaient prêtes à faire ces efforts. Il était souvent plus facile de laisser tomber avec le raisonnement simpliste "C'est différent chez nous, on ne peut pas copier, cela ne peut pas marcher".
Combinant les deux modes d'apprentissage et les traits comportementaux résultent en une grande diversité qui rend toujours compliqué et complexe la formation et l'apprentissage au sein des entreprises.
Pour que chacun au sein de l'entreprise soit formé et progresse, il faudra forcément multiplier les méthodes et moyens de formation afin que chacun trouve le moyen qui convient le mieux à son mode d'apprentissage et à ses comportements: mettre à disposition de la documentation, offrir des moyens qui permettent d'essayer et de faire des erreurs et de se corriger, avoir des formateurs ou super utilisateurs de proximité, proposer des formations en salle ou interactive sur le WEB, etc. Rien n'est moins efficace que de proposer un seul type de formation, identique pour tout le monde, et espérer que chacun sera ainsi capable de se former et d'acquérir un bon niveau de maîtrise.

Tous les moyens sont bons tant qu'ils permettent à ceux qui en ont besoin de se former efficacement. Je modérerais, cette affirmation avec deux conseils de "bon sens"
  • Pour les activités à "risques" (qui donc peuvent avoir un fort impact négatif pour l'entreprise ou  les personnes), il ne faut, bien sûr, laisser faire une personne que si elle a acquis un niveau suffisant de maîtrise grâce à la formation. Pour ces activités à risques la méthode essai et erreur n'est évidemment pas adaptée!. Encore faut-il avoir clairement identifié ces activités à risques et mis en place les moyens qui permettent d'évaluer la maîtrise de ceux qui doivent les réaliser.
  • Si les activités d'une personne sont fortement interdépendantes de celles d'une collectivité, il faut aussi s'assurer que la personne a un minimum de formation. On ne peut pas laisser une personne impacter fortement l'efficacité ou l'efficience d'une collectivité pendant qu'elle apprendrait complètement par essai et erreur. 
Et n'oubliez pas, on a le droit de faire une erreur et de se tromper une fois mais il faut apprendre de nos erreurs (A la fois les individus et les collectivités) et ne pas répéter la même erreur deux fois ("Errare humanum est, perseverare diabolicum").

Sur cette "vérité de toujours", je vais conclure ce billet. Vous pouvez arrêter la lecture de ce blog et reprendre vos activité habituelles. Ciao, bonsoir.

P.S.1: Une personne nouvelle dans un poste pourra avoir un impact légèrement négatif sur l'efficience d'une collectivité le temps qu'elle acquière de l'expérience. C'est acceptable et même indispensable car il faut bien intégrer des nouvelles personnes qui par ailleurs pourront aussi voir les choses différemment et peut être apporter de nouvelles idées pour améliorer efficacité et efficience.

P.S.2: Si par hasard vous vous posez la question, je fais définitivement partie de la catégorie "Quand tout le reste a échoué, lisez le mode d'emploi". Et je suis relativement curieux et ouvert aux autres, ce qui me permet de continuer sans cesse à apprendre sur beaucoup de sujets qui m'intéressent. Mais par contre, dans les domaines qui ne m'intéressent pas ou pour lesquels je n'ai pas de motivation à progresser je me contente des fonctions de base. Je n'ai jamais lu la notice de mon téléphone mobile ou de l'enregistreur sur la TV et autres merveilles technologiques. Et n'y trouvant qu'un intérêt minime, je n'ai jamais appuyé par curiosité sur les divers boutons pour voir quelle catastrophe cela allait déclencher et n'ai jamais cherché à savoir ce que les autres faisaient ni comment ils le faisaient.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire