lundi 16 avril 2012

Créativité, innovation, optimisation et décision: du bon usage de la diversité et du collectif. (1/2)


La sagesse de la foule ou le déchaînement d'une "meute"? A crowd or a mob?
(Manifestation de rue à Buenos Aires en 2007)
J'ai récemment parcouru un article sur la Harvard Business Review qui fait le lien entre la "diversité" présente au sein d'un comité de direction et les performances financières des sociétés Is there a pay-off from top team diversity. L'échantillon étudié comprend 180 sociétés cotées de 4 pays Européens. Ayant à baser leur étude sur des données publiques, ils n'ont utilisé une mesure de diversité qui ne comprend que le pourcentage de femmes et de non nationaux dans les comités de direction de ces sociétés donc une définition un peu étroite. Néanmoins, l'étude trouve une bonne corrélation entre la diversité ainsi mesurée et les résultats financiers tels que retour sur capital investi.   

J'avais aussi été très intéressé il y a quelques années par un livre paru en 2004 et traduit en Français en 2007, La Sagesse des foules, de James Surowiecki (Titre originel; the wisdom of the crowd) La thèse développée était que sous certaines conditions, une foule donnait des résultats meilleurs que le meilleur des jugements individuels.
Ces documents m'ont donné envie d'aborder avec vous le thème de la "Diversité" et du "Collectif"  dans les entreprises, en particulier en ce qui concerne les processus de décision, optimisation et innovation. Un billet en deux parties sera consacré à ces thèmes.




Trois conditions sont requises pour qu'une foule soit "sage" et puisse arriver à des meilleurs résultats qu'un individu
Ces conditions sont définies comme étant :
  • La diversité, les personnes constituant la foule devant être de divers milieux, de niveaux d'éducation variés, de différentes culture, etc...donc intégrant tous les aspects de ce qui est la diversité au sens le plus large.
  • L'indépendance, permettre aux différents avis de s'exprimer sans aucune influence
  • La décentralisation, laisser ces différents jugements s'additionner plutôt que de laisser une autorité supérieure choisir les idées qu'elle préfère.
Examinons un peu plus en détail chacune de ces conditions et les circonstances dans lesquelles elles s'exercent:  
  • La diversité est encore un facteur d'efficacité et d'efficience. Encore faut-il que cette diversité soit réelle au sein d'une Entreprise. Il ne suffit pas de rassembler des nationalités, des genres, des religions, des origines sociales diverses, etc. pour que le milieu soit divers. Si les critères utilisés lors de l'embauche ou les règles de gestion sont trop structurantes, la diversité ne sera que cosmétique car les personnes différentes ne seront pas embauchées ou seront éliminées. Un système par cooptation, par exemple, favorise assez peu la diversité et a tendance à entretenir une société de "clones".
    .
  • L'indépendance est un des facteurs les plus critiques puisque, à l'inverse, peu importe la variété et la diversité, si une "foule" se comporte comme une seule personne, on peut s'attendre au pire, à la fois dans la qualité des décisions qui sont prises et dans tous les excès souvent associée à une foule (Dans ce cas d'ailleurs nos amis anglo-saxons n'appellent pas la "foule", "a crowd" mais "a mob")

    Un excès d"information peut réduire l'indépendance des personnes et fausser leur jugement, biaisant ainsi la "sagesse des foules". C'est entre autre une des explications à l'origine des bulles boursières. Les média commencent à parler tellement des perspectives de croissance dans une domaine et des gains, virtuels ou réels, qu'il est possible de faire que les individus oublient leur bons sens et leur esprit critique, et foncent comme une seule personne...accélérant ainsi le phénomène jusqu'à la chute dure et brutale. Ce qui contribue à alimenter le phénomène de bulle en bulle, c'est que les premiers à jouer ce jeu et qui en sortent à temps, sont gagnants ...et donc c'est toujours dans l'intérêt de certains de faire démarrer une bulle.

    Faire rentrer des personnes complètement étrangères au problème et au contexte, et sans information spécifique, permet souvent de contrer cet état d'emballement collectif et de faire ré-émerger de  l'indépendance parmi les membres de la collectivité. C'est entre autre le rôle des candides invités dans un groupe de travail ou des consultants embauchés par les Entreprises. Très souvent ils ne font que conseiller ce que des membres pensaient à titre individuel mais n'avaient pas osé exprimer au sein de la collectivité.
    .
  • La décentralisation des décisions n'est pratiquement possible que quand les décisions individuelles peuvent être exprimées sous forme de nombre et que l'opinion collective peut être calculée "mécaniquement" par addition ou autre procédé similaire. Hors de cette possibilité, la plupart des tentatives pour prendre des décisions collectives aboutit souvent à des décisions "absurdes" c'est à dire une décision qu'aucun des participants n'aurait pris à titre individuel. En matière de décision, une collectivité ne peut, par définition, se mettre d'accord que sur les situations moyennes et médiocres qui ne froissent personne...et qui donnent des résultats au mieux médiocres. ("The exact synonym for consensus is médiocrity", Father Cunningham, Association Hope).

En résumé la sagesse de la foule s'exerce au mieux pour:
  • les problèmes de connaissance, tels que "estimer le poids d'un bœuf sur un marché", comme constaté pour la première fois par Galton au XIXème siècle. La moyenne des estimations données par une foule était toujours plus proche de la réalité que l'estimation donnée par un expert en bétail.
  • les problèmes de coordination, tels que sélectionner la meilleure heure pour aller travailler afin d'éviter les embouteillages, sachant que chaque conducteur se pose la même question ;
  • les problèmes de coopération, tels qu'obtenir que plusieurs équipes indépendantes et ayant des intérêts personnels travaillent ensemble pour améliorer les résultats globaux d'une compagnie alors que ce travail va à l'encontre de leurs intérêts personnels.

Par contre comme l'a signalé Jaron Lanier, dans son livre You Are Not a Gadget, la sagesse des foules, très efficace pour les problèmes d'optimisation, ne donne pas de bons résultats pour les problèmes qui demandent de la créativité et de l'innovation.
Comment peut-on réconcilier cette conclusion avec le fait que beaucoup de méthodes de créativité sont des méthodes collectives? C'est ce que nous verrons, entre autres, dans la deuxième partie de ce billet qui paraîtra sous une semaine 

Voila ce sera tout pour aujourd'hui. Rendez vous la semaine prochaine pour la suite de ce billet. Vous pouvez arrêter la lecture de ce billet et reprendre une activité normale. Ciao, bonsoir.

P.S.: En matière de décision, je ne peux que vous encourager à lire aussi un billet que j'ai écris sur mon blog, Ce Monde où nous vivons  tout sur tout et reciproquement pour décider.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire