jeudi 22 mai 2014

Tant de radotage pour un petit rabotage (de quai) !


J'arrête de publier des articles "Organisation et management" à but pédagogique dans ce blog mais j'ai décidé de publier suivant mon humeur des opinions et analyses de divers sujets d'actualité qui peuvent être abordés  sous l'angle de l'organisation et du management. Voici le premier article dans cette optique : il est consacré aux fameux 50 millions à payer pour raboter les quais car les futures rames TER commandées par la SNCF sont plus larges que les rames actuelles.

La SNCF a commandé des trains trop large pour les quais. Il faut raboter quelques milliers de quais et cela va coûter 50 millions. Qui a pu échapper à cette information d'autant plus croustillante qu'elle a été révélée par le Canard Enchaîné ?.

Que peut-on en penser d'un point de vue management ? Beaucoup de bruit pour pas grand chose !

Suivez-moi pour en savoir plus


Mettons les choses en perspectives. Réseau Ferré de France, RFF, dépense 4 milliards d'investissement par an pour le maintien et remise à niveau des voies: 50 millions de "rabotage" à dépenser en deux à 3 ans représente moins d'un 1% des investissements annuel. La question du financement ne se pose donc pas. La marge d'incertitude sur les prévisions budgétaires est beaucoup plus importante.

Auraient-ils pu éviter d'avoir à réaliser ces travaux de rabotage ? Oui, s'ils avaient conservé une largeur identique à celle des rames déjà en circulation. Mais dans ce cas ils auraient sans doute été critiqué sur le non application de la norme Européenne correspondante et sur leur mépris du confort des passagers.

Par ailleurs - et ce n'est pas nouveau - toute introduction de nouveaux matériels nécessite une adaptation des infrastructures (Exemple du Francilien pour lequel les quais ont du être abaissé, ou les modifications à faire pour permettre l'arrivée d'un TGV ou l'adaptation des quais pour permettre l'accès aux personnes à mobilité réduite)

Que peut-on reprocher à la SNCF ?
  - de n'avoir pas anticipé cette modification et de ne pas avoir inclus dans leur projet de remplacement de rames le coût d'adaptation des quais. Pour avoir travaillé dans une grosse Entreprise, je dois dire à leur décharge que nous n'avions pas toujours l'habitude d'inclure dans le coût de nos projets les coûts que nous ferions subir à nos fournisseurs (car le rabotage des quais sera payé par RFF qui est un fournisseur de la SNCF)
 - Puis quand ce coût de rabotage a été identifié ne pas avoir intégré de manière transparente le coût du rabotage dans le coût du projet de remplacement des rames après discussion et validation par les décideurs. Cela s'appelle une modification de périmètre d'un projet et c'est une pratique habituelle fréquente et prévue dans toutes les procédures de gestion de projet. Tout projet doit d'ailleurs normalement inclure un certain pourcentage d'imprévus qui permet de traiter ces changements (en général extension) de périmètre. Ici encore la séparation en deux entités distinctes SNCF et RFF n'a pas du aider à la transparence de la démarche (On lit dans la presse qu'ils se sont "refilés la patate chaude" )

Dans un monde idéal qu'aurait du faire la SNCF ?
 - identifier en amont le fait que changer le type de rames pouvait avoir des conséquences sur l'infrastructure (Cela s'appelle des procédures de gestion des changements)
 - approcher RFF et leur demander d'identifier les modifications éventuelles requises et donner une estimation des coûts. Se mettre d'accord sur quel budget aurait à supporter ces coûts si il est finalement décidé de commander des rames aux nouvelles normes.
 - Demander l'avis des régions sur les avantages (plus de largeur, plus de confort) et les inconvénients (sur coût) car en dernier ressort les TER sont à la charge des régions.

Rien de très original ! Le chef projet, la SNCF, approche son fournisseur, RFF, et ses clients, les régions, pour les informer et solliciter leur avis ou approbation. Les régions auraient sans doute choisi de commander les nouvelles rames pour ne pas être accusées de sacrifier le confort des passagers qui sont leurs électeurs. RFF aurait pu intégrer dans dans son budget d'investissement le coût requis pour l'adaptation des quais....et le Canard Enchaîné n'aurait pas pu faire un scoop sur les 50 millions dépensés en trop.

Pour mettre les choses en perspective, la construction d'ITER va sans doute coûter 10 milliards de plus que ce qui avait été originellement estimé ! et je n'ai jamais entendu personne faire un scandale sur le sujet ...mais dans le cas d'ITER les sur coûts ont été identifiés et les procédures de validation ont été appliquées en toute transparence.

Voila ce sera tout pour aujourd'hui. Ciao, bonsoir

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire