dimanche 12 octobre 2014

Mis en place, bravo ! Mais ce n'était pas l'objectif visé ! (1/2)


Immeubles Art Déco à Riga, Lettonie
Une grande part du design est dédié
à la fonction décoration
J'ai déjà eu plusieurs fois l'occasion de parler des fonctions d'un objet, d'une action ou d'un projet et de l'analyse fonctionnelle ou analyse de la valeur qui sont des méthodes de design. Voir par exemple mon billet Fonction vous avez dit fonction ?. Un autre billet  soyez efficace, efficient, serviable, etc.    évoque les incohérences qu'il pouvait y avoir entre la fonction désirée par un client souvent appelé besoin du client, quand il achète un produit c'est à dire ce pour quoi ce produit doit être conçu et les solutions mises en œuvre qui ne satisfont pas la fonction ou ne la satisfont pas de manière efficiente et optimale.

Dans ce premier billet nous allons illustrer sur deux exemples pris dans l'actualité comment des solutions mises en œuvre peuvent ne plus satisfaire complètement la "raison d'être" d'un projet car elles n'assurent plus que partiellement ou plus du tout les fonctions qui étaient attendues du projet.

Parlons du fameux projet d'écotaxe...qui vient d'être suspendu
La version originellement adoptée avait été annulée il y a un an et remplacée par une version "light" qui elle même vient d'être suspendue sine die. Nous avons eu l'occasion d'évoquer cette écotaxe dans un billet précédent Bâtir sa credibilité pour atteindre les objectifs. Nous allons maintenant nous pencher sur ce projet d'écotaxe d'un point de vue des fonctions désirées et de l'accord entre fonctions désirées et solutions proposées pour mises en œuvre.

La solution originelle était de faire payer les camions qui effectuaient des trajets inter régions en fonction du nombre de km parcourus mesurés par les portiques.

Les fonctions attendues de ce projet ont du être discutées lors des discussions du projet de loi mais ne n'ont pas été diffusés au grand public. Nous sommes donc condamnés à les reconstituer.
Le but poursuivi par ce projet, la fonction, était de mettre en œuvre des moyens pour plus orienter les transports longue distance vers d'autres moyens de transport que la route. Ceci dans le but de réduire les émissions de CO2 et les pollutions diverses dues au transport routier (d'où le nom d'écotaxe).
La solution retenue à été de faire payer les transports par route longue distance en fonction des km parcourus donc d'utiliser un levier monétaire (On aurait pu imaginer des solutions qui satisfasse la fonction recherchée sans s'appuyer sur une taxe mais c'est le levier monétaire qui a été choisi). Les fonds collectés  - une fois ôtés les coûts d'installation des portiques et de collecte de la taxe - devaient servir à développer des moyens de transport collectifs et rénover et entretenir les infrastructures routières.
Notons que l'usure des routes est à plus de 99% causée par les camions il est donc logique de les taxer au km. Par contre le CO2 émis est aux 2/3 environ émis par les véhicules légers : il aurait donc été logique pour assurer la fonction requise de faire aussi contribuer les automobilistes.
Pourquoi faire payer seulement les longues distances ? Car il est considéré que pour les courtes distances, il n'y pas de moyens alternatifs de transport.

Face à la révolte des bonnets rouges, le projet originel a été abandonné et une version "light" élaborée avec moins de km couverts par la taxe et sans doute une surtaxe de 2cts sur le diesel utilisé par les véhicules particuliers. Paradoxalement ce projet faisait payer aussi certains véhicules particuliers (au moins pour la pollution poussière fines mais s'appliquait à toutes distances ) et une grande partie des camions circulant en dehors du réseau routier concerné auraient échappé à la taxe. La fonction originellement recherchée par le projet n'était plus que partiellement satisfaite dans ce nouveau projet light.

Maintenant l'écotaxe light esr suspendue "sine die". Les 2 cts de surtaxe diesel véhicule léger devrait s'appliquer et le gouvernement est à la recherche de solutions pour compenser le manque à gagner Une idée émise est de taxer les sociétés d'autoroute mais cela semble impossible d'un point de vue contractuel et par ailleurs cela n'aurait plus aucune fonction écologique mais seulement une fonction fiscale.

On est donc passé d'une mesure à fonction écologique (orienter vers des transports moins polluants, faire payer l'entretien à ceux qui usent) à une quête purement fiscale (Comment trouver l'argent que j'ai budgété ? éventuellement avec une solution où tout le monde paye sauf les camions) et l'aspect écologique est complètement abandonné. On comprend d'ailleurs à ce propos la colère de tous ceux qui avaient accueilli ce projet comme un pas dans la bonne direction pour réduire les pollutions dues au transports.

Ajout du 15/10 : la dernière "lubie" serait de demander aux sociétés d'autoroutes la gratuité le week-end. On passerait donc d'une fonction fiscale pour payer les infrastructures à une fonction augmentation du pouvoir d'achat des conducteurs ainsi qu'un encouragement à utiliser plus les transports automobiles ce qui irait à l'encontre de la fonction écologique originellement prévue !!!!. Et ceci proposé par le ministre de l'écologie !!! 

L'aménagement des rythmes scolaires
Le but, la fonction, de l'aménagement des rythmes scolaires est de réduire la durée des journées d'école qui est actuellement trop longue et engendre trop de fatigue et des pertes d'attention en fin de journée. Pour ce faire il est proposé de remplacer 3/4 heure en fin de journée par des activités périscolaires  et de rattraper les heures en travaillant le mercredi matin. Certains villes ou écoles ont obtenu, à la place, de concentrer toutes les activités périscolaires sur un après midi et donc de ne pas changer la durée de la journée scolaire mais de travailler aussi le mercredi matin afin de rattraper les heures de la 1/2 journée périscolaire. On peut comprendre les raisons qui ont pu pousser à aller vers ce schéma mais la fonction originelle est complètement dénaturée car les enfants ont toujours des journées aussi longues et en plus, ils sont obligé de se lever tôt un jour de plus par semaine; peu de chance qu'ils soient moins fatigués .

Dans ce domaine, une bonne approche pourrait être résumée dans la règle simple "Rester concentré sur le pourquoi et ne pas dériver du pourquoi via les louvoiements effectués lors de la mise en place du comment".
Dans le billet suivant nous reviendrons sur cette notion de fonctions et sur quelques conseils, pour en Entreprise, ne pas se laisser détourner de ce qu'on voulait faire originellement

Voila, ce sera tout pour aujourd'hui. Vous pouvez retourner à vos fonctions habituelles. Ciao, bonsoir.

P.S. : Sur route, l'usure du revêtement augmente très rapidement avec la charge à l'essieu. Selon une étude américaine (AASHO Road Test (en)) elle varie comme la puissance quatrième du rapport des charges appliquées sur les essieux. Ainsi un poids lourd chargé à 10 tonnes par essieu use la route   10000 fois plus qu'une voiture à 1 t par essieu. Si 1/3 des km parcourus le sont par des camions ils contribuent à 1/3*10000 / (1/3*10000+2/3) de l'usure soit plus de 99,9% de l'usure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire